Exemption pour la résidence principale

Pour 70 % des Canadiens propriétaires d’une maison, cette dernière est l’endroit où ils vivent et où ils élèvent leurs enfants. C’est également cet endroit qui définit leur appartenance à une collectivité.

Le régime fiscal du Canada prévoit une exemption pour la résidence principale, ce qui signifie que lorsque vous vendez votre propriété, l’augmentation de la valeur ou le gain en capital n’est pas imposable.

Ce privilège fiscal est important pour les propriétaires canadiens. Collectivement, nous pouvons compter sur environ 3 billions de dollars en avoir net et notre maison est souvent notre actif financier le plus important.

Toutefois, le gouvernement a apporté certains changements en matière d’exemption pour la résidence principale. Ces changements s’appliqueront aux déclarations de revenus de 2016.
Jusqu’à présent, l’Agence du revenu du Canada ne demandait pas aux Canadiens de déclarer la vente d’une maison pendant la saison de production des déclarations d'impôt sur le revenu. Si vous avez vendu votre maison en 2016 ou après, vous devrez toutefois le déclarer en remplissant l’annexe 3, Gains (ou pertes) en capital, se trouvant dans la trousse T1 générale de déclaration de revenus et de prestations pour 2016.

La bonne nouvelle, c’est que du point de vue de l’impôt, rien n’a changé. Vous aurez droit au même avantage fiscal, à condition que la propriété ait été votre résidence principale pendant toutes les années où vous en avez été propriétaire, et ce, même si une partie de la maison vous servait à des fins professionnelles. Vous ne serez pas imposé, mais il faut simplement déclarer la vente de la propriété et fournir des précisions dans votre déclaration de revenus.

SOURCE : ASSOCIATION CANADIENNE DE L'IMMEUBLE, Édition nationale Mars 2017

Par Karine Bélanger

Laissez-nous un commentaire